Archives par mot-clé : yves ravey

pas dupe…

Pas dupe, un roman presque parfait

Le bonheur du mois, la sortie du dernier roman d’Yves Ravey, Pas dupe. Cela commence comme un polar sous la soleil de la Californie, même l’héroïne porte le prénom Tippi, si hitchockien. Un régal en perspective :

Première phrase

« J’ai revu Kowalzki au bord du précipice,le jour où la voiture de Tippi est sortie de la route. Il contemplait le vide, l’air hagard. Je connaissais bien Kowalzki. Sa profession,agent d’assurances à la compagnie Pacific, mais aussi, depuis pas mal de temps, amant de Tippi, ma femme,morte dans l’accident. C’est son corps à elle que je cherchais à distinguer maintenant, parmi les débris,au fond du ravin ».

Yves Ravey, Pas dupe, Editions de minuit

trois jours chez ma tante…

752667

… le bonheur à lire vite, et les deux premières phrases du nouveau roman d’Yves Ravey :

« Il pleuvait. L’eau s’écoulait du toit en tôle sur la terrasse de l’école, couvrait le chant des enfants durant la pause, et s’infiltrait sous la porte. Je contemplais sa progression sur le sol, en flux continu, assis à mon bureau, devant la lampe éteinte, à redouter ma prochaine rencontre avec ma tante : elle avait soi-disant tant de choses à me reprocher.

C’était écrit dans son dernier message, accompagné d’une convocation chez le notaire, où elle annonçait l’arrêt de son virement mensuel. La privation de cette source régulière de revenu m’a donc conduit, ce matin d’octobre 2015, à traverser la route principale de Bucha- 7 nan – Liberia, comté de Grand Bassa –, à ré- server un billet d’avion aller-retour pour la France. Le temps de revoir ma tante et de rétablir ma situation financière ».

Extrait, Yves Ravey, Trois jours chez ma tante, Editions de minuit, octobre 17

livre_moyen_9782707343598

 

la fille de mon meilleur ami…

Puvoirs_N° 119

… cette semaine la petite phrase que dernier roman d’Yves Ravey, La fille de mon meilleur ami. Un romancier que j’aime beaucoup et dont j’adore lire les livres avec passion.

« Avant de mourir à l’hôpital militaire de Montauban, Louis m’a révélé l’existence de sa fille Mathilde dont il avait perdu la trace. Il savait seulement qu’elle avait passé des années en asile psychiatrique et qu’on lui avait retiré la garde de son enfant. Il m’a alors demandé de la retrouver. Et j’ai promis. Sans illusion. Mais j’ai promis. Et c’est bien par elle que tout a commencé ».

Yves Ravey, La fille de mon meilleur ami, éditions de minuit, 14

feuilleter quelques pages…