Archives par mot-clé : cours balguerie stuttenberg

rose balguerie…

… c’est peu la fierté du Cours Blaguerie Stuttenberg car nous avons depuis 2 ans de belles roses trémières dans l’esprit de la municipalité qui souhaite fleurir la ville. Nous avons été parmi les premiers du cours à lancer la mode qui a fait des petits.

Quand des idiots ne s’amusent pas à les décapiter (nous croisons les doigts cette année) elles s’élancent et offrent leur fleurs magestueuses en formes et en couleurs.

La seconde est plus timide mais aussi plus jeune. Elle devrait dans quelques semaines se dévoiler et offrir ses fleurs. Nous suivons cela avec une grande attention.

A suivre…

journal d’un confiné #48

j48, vert et orange, la vie, cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J48, pendant cette période de confinement, qui touche bientôt à sa fin, il faut avoir beaucoup d’imagination pour rythmer les journées passées à la maison.

J’avoue avoir souvent envie en semaine d’un apéritif en soirée mais cela ne semble pas raisonnable. J’ai donc trouvé une astuce, merci à Miss Bigoudi pour le cadeau qui fait passer la pilule si facilement.

La recette est la suivante, prenez un sirop Monin saveur Spritz, de l’eau pétillante, des rondelles de citron / orange (suivant vos réserves), des glaçons… et voilà l’apéritif qui s’ignore.

Le raffinement du jour vient de la confection de canapés express avec du pain de mie toasté, du beurre demi-sel et des fèves bio pour le goût printanier et les belles couleurs qui mettent la joie au cœur et aux papilles.

A demain…

journal d’un confiné #15

j15, cours balguerie stuttenberg solidaire, bordeaux

… J15, cela fait 3 jours que je ne suis pas sorti de la maison et cela me démange un peu. 18h30, un courrier à poster tiens une raison valable, mon attestation provisoire de sortie en poche, je quitte mon chez moi pour une expédition urbaine risquée. Mais surprise, personne dans le grand et habituellement si passant Cours Balguerie Stuttenberg, pas mieux cours Edouard Vaillant, et c’est encore plus calme dans les petites rues adjacentes. Drôle de sensation, une impression que la ville est vide et vous appartient soudain.

J’ai donc pris les rues de traverses au hasard de mes envies pour savourer ce moment de rêverie solitaire et laisser ma pensée flottante et mon observation fugitive, entre architecture ingrate ou harmonieuse, herbes folles ou plantations domptées, détritus déposés par ici et par là (confinement et nature humaine, parfois rien ne change) et le silence des oiseaux.

Je suis rentré chez moi, un bref bonjour à une voisine inconnue qui prenait l’apéritif avec sa voisine dans l’immeuble d’en face, le tout sur un balcon décoré du message de prévention à rappeler sans fin : Restez chez vous... D’accord, je rentre vite chez moi maintenant.

A demain…