Archives de catégorie : maître capela

des mots et du sens…

Maître Capela 7 : pallier…

maitrecapello1.jpg

Bonjour amis du pinaillage et autres curiosités linguistiques !

Aujourd’hui le verbe « pallier » :

Notons d’abord qu’il convient de mettre 2 « L » afin de le différencier du nom masculin « palier » (qui a la même racine puisqu’il vient du mot « poêle »), et qui signifie dans le langage commun : – plateforme ménagée entre 2 volées de marches – partie horizontale entre 2 déclivités – phase de stabilité dans le cours d’une évolution.

Mais revenons à « pallier » dont l’utilisation maladroite très répandue justifie sa présence ici. « pallier » apparaît en France au XIVe siècle, du latin « palliare, recouvrir d’un pallium » (qui signifie manteau, et qui donnera aussi le mot « poêle »), puis par extension apaiser. Ce mot n’a pas le sens de guérir mais bien remédier d’une manière incomplète ou provisoire à une insuffisance. On pense aux soins « palliatifs »  qui apportent un soulagement en fin de vie, lorsqu’aucune guérison n’est plus envisageable.

Et qu’on se le dise une fois pour toutes, ce verbe NE SE CONSTRUIT PAS avec la préposition « à » ; ainsi « on pallie une insuffisance ».

Mille mercis Maître Capela et à dans une semaine au pire dans 15 jours…

Maître Capela 6 : orientation…

maitrecapello1.jpg

Bonjour amis du pinaillage et autres curiosités linguistiques !

Aujourd’hui le mot « orientation » (scolaire et/ou professionnelle), très à la mode à cette époque de l’année :

Le Lexis, dictionnaire érudit de Larousse, donne la définition suivante :

« Détermination de la meilleure voie en fonction des aptitudes et des motivations du sujet, et en relation avec les possibilités de placement. »

Quel manque de poésie ! Orientation vient du mot orient (du latin : oriens, participe présent du verbe oriri : se lever) ; c’est dire que s’orienter, c’est réellement trouver son orient, son soleil levant à soi. Vous conviendrez que la mise en perspective étymologique est nettement plus réjouissante. Ne pourrait-on y voir une forme de sagesse… orientale ?

Mille mercis Maître Capela et à dans une semaine au pire dans 15 jours… 

Maître Capela 5 : avatar…

maitrecapello11.jpg

Bonjour amis du pinaillage et autres curiosités linguistiques !

Aujourd’hui, un mot à la mode « avatar » :

Ce mot vient du sanscrit et désigne la descente sur terre d’un être divin. Il désigne aussi l’une des phases de transformation, de métamorphose subie par une personne ou une chose (ex : les avatars d’un texte plusieurs fois modifié).

Il est utilisé aujourd’hui très souvent pour « des êtres libres et créatifs qui, à partir d’un état de source, peuvent créer des états qu’ils peuvent expérimenter réellement et possèdent le courage et la capacité d’intégrer une création ; la capacité de diriger leur propre identité ; la capacité de changer l’interprétation de leurs expériences. » (Petit Robert) (Vous noterez au passage que le Petit Robert ne se gène pas pour faire des répétitions dans ses définitions…).

L’emploi d’avatar dans le sens de « mésaventure » (ex : la voiture de ce concurrent malchanceux a subi plusieurs avatars) est donc impropre. On suppose que cet emploi est dû à un amalgame avec le mot « avarie ».

Mille mercis Maître Capela et à dans une semaine au pire dans 15 jours… 

Maître Capela 4 : compromis et compromission…

maitrecapello1.jpg

Bonjour amis du pinaillage et autres curiosités linguistiques !

Aujourd’hui “compromis” et “compromission” :

A l’heure des élections régionales, voici deux mots charmants à méditer : le compromis et la compromission.

Les deux viennent du latin juridique « compromittere » qui veut dire « s’en remettre à un arbitre ».

Le premier mot, masculin, consiste à  faire un accomodement, une transaction, un arrangement pour éviter le litige.

Le  deuxième mot, féminin celui-là , relève de l’action de se compromettre, une concession faite par lâcheté ou par intérêt.

Alors, ce week-end, compromis ou compromission ?

Mille mercis Maître Capela et à dans une semaine au pire dans 15 jours…

Maître Capela 3 : amener et apporter…

maitrecapello1.jpg

Bonjour amis du pinaillage et autres curiosités linguistiques !

Aujourd’hui « amener » et « apporter » :

Amener, construit sur mener, ne doit pas être confondu avec apporter construit sur porter (et oui, quand on y pense, la langue française est tellement simple !).

On amène donc des amis ou son cheval, mais on apporte un document ou un gâteau.

Cette remarque s’applique aussi à emmener et emporter.

C’est tout pour aujourd’hui, à très bientôt pour un retour de la discipline linguistique dans nos bouches promptes à tous les égarements !

Mille mercis Maître Capella et à dans une semaine au pire dans 15 jours…  

Maître Capela 2 : le dilemme…

maitrecapello1.jpg

Bonjour amis du pinaillage et autres curiosités linguistiques !

Aujourd’hui, le mot « dilemme »

Primo : La forme « dilemne » rimant avec « indemne » est un barbarisme.

Deuzio : Comme « l’alternative », « le dilemme » implique qu’il y a deux choix.
On ne dira donc pas « voici deux dilemmes qui s’offrent à moi : faire une chronique convenue, ou bien glisser subrepticement des exemples politiques ».

Tertio : Contrairement à « l’alternative », « le dilemme » offre deux possibilités également fâcheuses :
« la politique culturelle actuelle offre un cruel dilemme pour les petits organisateurs de spectacles : ou bien organiser des concerts générant des économies très faibles donc des salaires misérables, ou bien ne rien faire et laisser des artistes magnifiques sans travail. »

Avez vous noté de quelle habile manière j’ai résolu mon dilemme de l’exemple impropre ?
Mais du coup, je me demande : était-ce réellement un dilemme ou une alternative ?

Mille mercis Maître Capella et à dans une semaine au pire dans 15 jours…

 

Maître Capela première…

maitrecapello1.jpg

… c’est la nouvelle année et voici la première d’une nouvelle série : le mot de Maître Capella. En effet, en digne héritière du fameux Maître Capelo, Maître Capella se présente comme la bordelaise qui aime les mots, leurs sens, origines et tournures.

Voici ce qu’elle nous dit :  » voici la première de cette série que j’alimenterai sans engagement de régularité… Je te joins une image qui pourrait cadrer avec la rubrique, c’est en trouvant ce bouquin que je me suis décidée. J’espère que ça te plaira ». Oh oui… voici donc le 1er mot disséqué par Maître Capella : « Rémunérer » :

Maître Capella première :

Bonjour amis du pinaillage et autres curiosités linguistiques. Aujourd’hui, le mot « rémunérer ». Beaucoup de nos charmants compatriotes, se méprenant sans doute sur l’étymologie de ce mot, le prononcent (et l’écrivent, ah les scélérats !) « rénumérer ». Erreur ! Ce mot ne provient pas de la racine latine « numerus » qui signifie numéro, mais d’une autre, « munus, muneris » qui signifie  cadeau, gratification. De là à dire que votre patron, en vous rémunérant, vous fait un cadeau, il y a un pas, que nous ne franchirons pas puisque, comme chacun sait, le cadeau (munus), c’est vous !

Mille mercis Maître Capella et à la semaine prochaine ou au pire dans 15 jours…