Archives de catégorie : christoflash

je ne peux le garder pour moi…

journal d’un confiné #43

J43, collector retrouvé, cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J43, pour ceux qui suivent régulièrement ce journal vous savez que dans la maison balguerie nous sommes rentrés dans une grande période de rangements et bricolages tout azimut.

Mon bureau n’échappe pas à la règle et ce fut donc ce jour le grand ménage, tri, rangement et optimisation des espaces. Des trouvailles partout au fil des fouilles archéologiques menées. Ceux qui me connaissent bien savent que j’ai beaucoup de mal à jeter et que je collectionne articles, cartes postales, revues diverses…

Bon, 3 sacs poubelles plus tard, voici la trouvaille du jour, un répertoire des codes postaux datant de 1972. Une antiquité diront certains, un pan de mémoire pour les autres, le temps de La Poste et du Ministère des Postes et Télécommunications… c’était bien avant internet et les réseaux sociaux… et c’était bien aussi !

A demain…

journal d’un confiné #42

j42, photo, collection privée de la Petite souris du Haillan

… J42, quand l’on reste confiné finalement l’on ne voit pas grand chose du monde même si l’on est beaucoup (trop) connecté. Le monde réel est plus palpitant et nous offre tant de surprises.

La nature, en ville, à la campagne, et entre les deux, reprend sa place première (peut-être pas pour longtemps) mais profitons de ce laps de temps pour savourer ce qu’elle nous propose.

Ainsi, à Reims (merci Petite souris de l’information), la végétation devient première et dans les parcs elle s’étend pour bientôt recouvrir chemins et bancs. Etrange sensation, entre joie et inquiétude, mais la beauté est là aussi dans cette période où nous ne maitrisons pas (plus) grand chose.

A demain…

journal d’un confiné #41

j41, mon roman confinement, cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J41, parmi les trouvailles et inventions de la toile en cette période j’aime beaucoup l’initiative des libraires visant à composer des phrases avec divers livres.

Je m’y mets aussi ce jour et voici en piochant dans la bibliothèque du salon mon nouveau roman en période de confinement. Voici le titre que je vous propose :

« Dring, je vous écris L’amour »

Un roman, qu’il me reste à écrire, sous influence entre Gailly, Duras et Inoue… il doit y avoir pire comme mentors !

A demain…

journal d’un confiné #40

j40, thé patio, cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J40, entre gris et éclaircie, un dimanche confiné calme et aimé, rien de spécial car c’est dimanche en effet ! Mais toujours des virées régulières au sein de notre mini patio fort bien végétalisé cette année, il faut le dire.

Le temps d’une pause gouter avec la retrouvaille du jour, la belle théière éléphant d’un jaune vivifiant, gagnée jadis en collectionnant des points cadeaux. C’était une autre époque, l’époque des sachets de thé avant de devenir un peu plus amateur de l’art du thé, de ses belles saveurs et couleurs.

Le gouter est agrémenté des gaufres bruxellois de la Maison Jules Destrooper (merci la petite maison jaune pour ce présent).

A demain…

journal d’un confiné #39

j39, parquet ciré, cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J39, un samedi calme et soudain une idée survient et tout peut arriver. Depuis des années le parquet ciré de la chambre n’avait pas été nettoyé et ciré il était temps d’agir.

Evidemment pas de fourniture en stock, pas de cire en quantité suffisante, donc solution adaptative de rigueur. L’achat d’un soin adapté lors de mes courses de survie hebdomadaire me permet de redonner une forme de jouvence ou du moins de patine fort agréable à l’ensemble.

Deux heures après, l’effet est là et l’odeur de la cire titille mes narines. Entre temps, j’ai lu lors de mes recherche que le Lait de cire de carnauba (issu d’un palmier brésilien) était excellent pour l’entretien régulier du parquet. Quand le déconfinement sera là, ce lait sera recherché.

A demain…

journal d’un confiné #38

j38, apérotic confiné, bordeaux maritime

… J38, cela ne serait que moi, un apéro tous les soirs en cette période, mais Mister CuiCui, être de raison, a réglementé cela à la fin de semaine comme pendant l’ère de l’avant confinement.

J’ai abdiqué et imagine donc en semaine ce que pourrait être un bon apéritif maison pour rythmer le temps et savourer cela au mieux.

Ce vendredi soir ce fut donc la redécouverte depuis peu, lors du rangement de l’armoire apéritive, de la fameuse Suze de mes grands pères. J’avoue que j’ai un peu moderniser ce breuvage en le nommant Suze tonic (Suze, eau pétillante, tranches d’orange et glaçons), un régal de fraîche amertume. Mister CuiCui préférant les vermouths, ce fut un verre de Trousse Epinette en provenance des Deux-Sèvres.

Quelques crevettes roses, des bulots aux épices, un temps doux et le bonheur est dans le patio.

A demain….

journal d’un confiné #37

j37 rue Leyberdie, Bordeaux maritime

… J37, les bal(l)ades des confinés sont souvent surprenantes. En effet, comme l’on est relativement seul dans la rue, le contrôle social est moindre et le regard peut fureter plus librement sur l’espace public vidé de son fameux public.

Les maisons, les immeubles, les rues, les impasses… deviennent de véritable(s) terrain(s) ethnographique(s) pour le promeneur confiné.

Les panneaux de signalisations sont le plus souvent des espaces d’expression que l’automobiliste ne peut voir mais qui deviennent signifiants pour le passant isolé.

Ainsi, rue Leybardie à deux rues de chez moi, le militantisme est à l’affut, les Veuves noires ne sont pas loin et nous surveillent peut-être. Confinement et clandestinité, il y a un peu de similitude il est vrai.

A demain…

journal d’un confiné #36

j36, fleur confiné, cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J36, gris confinement ce jour, le spleen est là mais c’est naturel et bien parfois, tout ne peut pas être lumineux et ensoleillé.

Mais soudain entre deux chasses aux limaces, la surprise nous saute aux yeux.

Mister CuiCui a enfin pu admirer fin d’après-midi la fleur tant attendue d’un arum planté il y a huit ans. Chaque année des feuilles en présence et jamais de fleur, le désespoir était là, installé comme une destinée définitive. Mais rien n’est figé, et dans le cadre de cet événement unique, le confinement sera aussi le souvenir d’une fleur d’arum soudain parmi nous dans un petit patio bordelais.

A suivre…

journal d’un confiné #35

j35, protection rapprochée, le haillan

… J35, en mode confinement des nouvelles d’ailleurs cela fait du bien surtout si l’insolite est au rendez-vous.

Comme souvent, la Petite souris du Haillan est à l’affut de moments surprenants au plus près de sa maison verte. Voici sa dernière trouvaille, une information préventive pour une villa chic et sûrement très kitsch.

Soyez prudent quand vous vous promenez en ville ou dans les jardins du Haillan, vous n’êtes pas à l’abri d’être surpris par un chat de garde qui pourrait vous sauter à la gorge. En temps de confinement la vigilance est de mise, contre le virus, contre ses voisins potentiellement contagieux mais aussi contre les chats doux et pervers le plus souvent, comme leurs maîtres certainement !

A demain…

journal d’un confiné #34

j34, fraises du jour, cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J34, le bonheur du jour, déguster mes premières fraises de saison. Elles ont quitté les champs girondins pour rejoindre la ville et, par l’astuce d’un réseau clandestin aux objectifs locavores, sont tombées dans ma petite coupelle.

D’un beau rouge, sucrées, juteuses, savoureuses… les gariguettes sont sensuelles à souhait.

Même confiné, cette douceur du jour préfigure l’après, le soleil et l’herbe fraiche, les chaises longues et le vent chaud sur les joues.

A demain…