Archives de catégorie : christoflash

je ne peux le garder pour moi…

journal d’un confiné #6

j6, lecture et confinement, cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J6, il fait beau, le temps file aussi, mais que faire quand il n’y a plus de linge à laver, que le ménage est fait, que le thé est dégusté à toute heure ? Le programme de ce dimanche envisagé comme un dimanche le plus banal possible… sieste au programme, et surtout de la lecture de revues, de magazines et la reprise de mon roman du jour.

Revenons donc à La Mer à l’envers de Marie Darrieussecq, romancière adorée ici dont la lecture était quelque peu en jachère car j’avoue avoir du mal à me concentrer à des livres volumineux lorsque je travaille. Le temps est revenu et voici le plaisir de se replonger longuement dans un livre retrouvé. Il parle des migrants, mais ce sujet si au devant de l’actualité il y a quelques semaines est soudain très anecdotique, un drame en chasse un autre si rapidement. Cela en devient soudain très angoissant.

A demain…

journal d’un confiné #5

j5 confinement, semis à gogo…

… J5, il fait très beau donc voici une petite activité qui est de circonstance, faire des semis et voir ainsi la vie continuer sans fin. Noël dernier ma cousine adorée nous a offert un petit kit en bois permettant de réaliser des petits godets de semis en papier journal. Et hop, cela démarre, mais que prendre comme papier (surtout pas glacé), il reste un numéro ancien du Cinéma Utopie, parfait pour réaliser des semis cultivées.

Une vingtaine de godets plus tard, les semis sont prêtes, bien rangées sur deux assiettes vintage de ma grand-mère. Un classement s’opère, des godets de basilic grand vert, d’ipomées et de mauves. Sans doute des nouvelles ici de la croissance de ce beau petit monde.

Déjà une commande reçue d’une amie… je suis prêt pour la reconversion écodurable !

A demain…

journal d’un confiné #4

j4, confinement version le haillan (33) by La petite souris

… J4, rien de bien neuf, c’est le calme plat, les rues et les cours sont vides, quelques voitures parfois, des piétons rarement… Je continue à me rendre utile en télétravaillant sur quelques dossiers en cours et à avancer ou à finaliser… mais du coup j’ai beaucoup de temps devant moi, semaine prochaine c’est le temps de l’activité partielle (autre terme pour parler de chômage technique)… cela va faire encore plus bizarre et cela risque de durer un moment ! Je vais donc investir le monde culturel à fond, lire, lire mes dizaines de livres en retard, voir des films en essayant d’éviter les trop mauvais…

Entre temps les échanges numériques sont très denses et on garde contact ainsi entre amis, en famille…

La petite souris est toujours là et à l’affut, elle a pris cette belle et angoissante photo, une peluche cheval rose abandonnée dans la rue. Sans doute que les appartements et les maisons commencent à devenir trop étroits et que le tri débute… La peluche est là, stoïque, elle surveille notre monde soudain très calme et silencieux…

A demain…

journal d’un confiné #3

j3 confinement : jardinière cours balguerie stuttenberg – bordeaux

… J3, quand on reste chez soi confiné, c’est étrange, de nouveaux rituels s’installent très vite, cela doit sûrement aider à se rassurer et à se dire que l’on est toujours vivant ou entreprenant.

Depuis mardi, je me surprends chaque matin et plusieurs fois par jour à observer les diverses plantations de la maison, jardinières, pots et notre petit patio… sont scrutés avec attention, les jeunes pouces caressées, les plants plus robustes admirés, la terre surveillée… tout devient important en cette période, la nature vivante qui grandit devant moi, à vue d’œil, seconde après seconde, me donne espoir…

A demain…

journal d’un confiné #2

… J2, j’ai des radis dans mon panier de légumes hebdomadaire et soudain (même si je l’ai déjà fait en temps normal) je me suis dit soyons vigilant et ne jetons rien, réflexe responsable ou de crise allez savoir !

Donc j’ai préparé une bonne soupe aux fanes de radis, cela fait peut-être fin du monde mais cela reste succulent.

La recette est simple, des fanes de radis, deux petites pommes de terre, de l’oignon (mais je n’en avais pas), de l’eau avec un bouillon de légumes ou le fameux Kub, sel, poivre… 20 min et hop à mixer et le velouté est prêt à être dégusté avec quelques gaines de lin pour le côté contraste.

A demain…

journal d’un confiné #1

j1 confinement : télétravail cours balguerie stuttenberg – bordeaux city

… cela fait très bizarre ce qui nous arrive et comme beaucoup depuis le 17 mars je suis en mode télétravail (du moins pour cette semaine) et je redécouvre avec intensité mon bureau personnel.

Mon univers s’organise autour de mon bureau, mon pc, mon mug de thé et l’écoute en travaillant de mes vinyles (jazz, musique classique et chansons françaises). Finalement un beau programme. Parfois je regarde par la fenêtre de mon salon et c’est le calme plat… étrange sensation entre émotion et fin de monde !

à demain…

le saint katerine…

… il est évident et sans grande surprise que le nouveau et sidérant album de Philippe Katerine est une météorite fulgurante et détonante. Confessions est une sorte de cadavre exquis qui ose tout. Les trouvailles sont partout, la poésie décalée, le non sens partout et les mélodies parfaites. Les messages sont ludiques et poétiques, engagés et dérangés. Les invités haut de gamme servent le propos et l’insolence de troubadour Katerine. Le sens de l’essentiel, l’album (mon album) de l’année…

Confessions intimes ici…

une pluie rayonnante sur new-york…

… le dernier et lumineux film de Woody Allen, cru 2019,est sorti la semaine dernière chez nous (l’Amérique le boycotte suite à une polémique faisant l’objet de plusieurs non lieu !). Mais ici parlons d’art et de beauté, avec Un jour de pluie à New-York dès plus jubilatoire, espiègle, ludique, décalé et lumineux… même sous la pluie. Cela faisait un moment qu’un film de Woody Allen (la plupart sont souvent très bon(s), parfois à peine un peu moins bon(s)…) ne m’avait autant réchauffé le cœur et l’esprit. Un pur moment de bonheur et de joie, à savourer pour émoustiller notre automne qui est bien là.

Un tout petit bout de l’histoire :

Deux étudiants, Gatsby et Ashleigh, envisagent de passer un week-end en amoureux à New York.Mais leur projet tourne court, aussi vite que la pluie succède au beau temps… Bientôt séparés, chacun des deux tourtereaux enchaîne les rencontres fortuites et les situations insolites.

la bande annonce en VO évidemment…

petite critique pour vous motiver à aller le voir…

le marquis philippe pascal vous salue…

… encore une disparition qui chagrine mon ancien cœur d’adolescent. Philippe Pascal, icône de la New Wave à la française, s’en est allé ce jour un vendredi 13 septembre 19. J’ai peu connu l’époque Marquis de Sade mais j’ai savouré la période plus lumineuse et orchestrée de Marc Seberg. Replongeons dans cet univers entre ombre et lumière et imaginons le passé permanent…

l’intégrale est ici et sans modération…