Archives de catégorie : les mots élégants

les beaux mots sont quotidien…

cosmofobia por lucia etxebarria…

luciayjesusok.jpg

… il y des fois où cela fait très plaisir de découvrir de nouveaux écrivains et lors de mon escapade moderniste à Barcelone entre Noël et le 1er de l’an… avec Hélène L, Marie L et Mister Cui Cui… Marie L m’a prêté plusieurs livres de l’écrivain madrilène Lucia Etxebarria… J’ai commencé son dernier livre Cosmofobia (peut pas son meilleur selon certains !). Pourtant je trouve que c’est un vrai régal, l’espagne contemporaine, des personnages attachants et déjantés, une ambiance movida, une réalité crue et moderne, un art de la narration et de l’ellipse… Une saga moderne bien tempée… Je n’en suis qu’au début… mais cela me promet de bons moments de lecture… Une belle introduction à cet univers littéraire. Avez-vous déjà lu des livres de cet écrivain ? A vos avis…

Résumé du livre : Lavapiés, un quartier populaire du centre de Madrid. Comme de fil en aiguille, Cosmofobia présente X qui connaît Y puis Y qui connaît ‘Short Cuts‘, chaque chapitre s’attache à un personnage avec pour unité de lieu un ancien lycée converti en centre associatif destiné aux femmes en difficulté avec une halte-garderie en annexe.

Un extrait du livre à découvrir ici : Cosmofobia extrait

ne pas disparaître… et pourtant…

rosenthal1.jpeg

… il y a des rencontres radiophoniques qui ne laissent pas indifférent… ainsi un livre devient un objet d’envie et de partage. En voici un extrait :

« Le 6 juillet 2004, Monsieur T. a poignardé sa femme de cinq coups de couteau. Il a ensuite quitté le domicile conjugal et s’est réfugié dans le jardin des voisins. C’est là qu’il a été découvert par la police. Quand, lors de son interrogatoire, on a demandé à Monsieur T. pourquoi il avait agi de la sorte, il a été incapable de répondre. Il ne semblait pas comprendre les faits qui lui étaient reprochés et ne se souvenait pas d’avoir tenté d’assassiner sa femme.

Comment vous appelez-vous ?

Pas moi.

Quel est votre prénom ?

Il ne m’appartient pas.

Et votre nom de famille ?

Pendant un moment, la police a poursuivi l’interrogatoire comme elle l’aurait fait avec n’importe quel prévenu. Mais Monsieur T. restait apathique et ne paraissait pas concerné par son propre cas. L’expertise psychiatrique ainsi que le dossier médical ont prouvé que monsieur T. n’était pas en pleine possession de ses moyens au moment des faits et venait de succomber à une crise aiguë de démence, l’une des manifestations possibles, bien qu’exceptionnelle, de la maladie de A ».

… il s’agit du livre « On est pas là pour disparaître » de Olivia Rosenthal (clic et éditions verticales, 2007). Je ne l’ai pas encore lu mais cela ne serait (trop) tarder pour autant j’ai envie de vous l’offrir… malheureusement pour vous il n’y aura que très très peu d’élus…

woody allen l'homorictus nécesserus…

woodyallen.jpg

… à la moment qui pour moi est toujours une joie… à savoir la sortie du nouveau film de Woody Allen « Le rêve de cassandre »… je ne résiste pas à vous rappeller si vous étiez au pôle nord lors de sa sortie que son dernier livre L’erreur est humaine (flammarion, 2007) est un pur régal… voici ma chronique littéraire du jour :

Woody le cinéaste on adore, Allen l’écrivain on en raffole. Evidement il faut aimer l’humour décalé, le nonsens à tous les étages, la farce sociale, l’absurde des situations et des dialogues pour savourer ce nouveau mille feuilles. Si tel est votre cas, ce recueil hilarant est pour vous. L’imagination et le brio des situations ne peuvent qu’illuminer votre automne et le rictus de vos lèvres. Des parents déprimés parce que leur enfant a été recalé au concours d’entrée en maternelle, aux personnages de Disney en procès en passant par un vol d’étiquette de matelas … tout un univers au surréalisme tonitruant. Le voyage est revigorant autour des mots élastiques et absurdes. Le style allenien est toujours aussi brillant : « Son sang se figea dans ses veines : une immense ombre menaçante se découpait dans le couloir. Son cœur se mit à battre la chamade. Elle voulut hurler. Puis elle comprit que cette ombre était la sienne. Elle décida de se mettre au régime et appela les autorités. » Ne pas lire ce livre serait une erreur humaine… vous voilà avertis !

ps : un gigantesque joyeux anniversaire à la

petite souris

sweet home my love…

fannyetalexandre.jpg

… voilà un livre Sweet home de Arnaud Cathrine que j’avais dans les bagages cet été et que j’ai négligé occupé ailleurs, il fut mon livre de septembre et j’ai envie de vous en parler…

… Arnaud Cathrine jeune écrivain au talent évident nous ballade au fil de ses romans dans des aventures humaines à la frange du quotidien, du chagrin et du roman familial toujours renouvelé. Avec Sweet home au titre trompeur, l’auteur nous dépeint avec sensibilité, sans pathos, l’histoire familiale de Lily, Vincent et Martin membres d’une fratrie à laquelle s’ajoute Nathan, l’ami frère qu’ils se sont choisi, qui les a choisi ! L’ombre d’une mère malade, disparue et dont le souvenir reste tendue comme un deuil impossible… rien de vraiment doux dans cet univers, trois étés pour nouer et dénouer les émotions, les tensions, les affections, les silences… et finalement continuer à vivre (ensemble). « Si seulement les morts pouvaient conclure… » posé comme épitaphe de ce très beau roman (familial). Voilà ! 

[audio:http://www.christorama.fr/wp-content/uploads/2007/10/ryuichisakamotogohatto02souzaburoh.mp3]

sur la dune les mots volent…

duneforetocean.jpg

… cela fait quelques mois que je veux lire Sur la dune le nouveau roman de christian oster, écrivain que je raffole comme une liqueur bien sucrée et nécessaire lors de grands froids… Enfin, ce livre est dans mes mains et j’en ai commencé la lecture samedi… je ne suis qu’au début mais déjà tout m’emballe, le style si resserré et qui va à l’essentiel, une essence de quotidien, des situations insolites qui rapprochent des gens que rien ne devraient se faire rencontrer, un comique de situation : une maison qui s’ensable à Saint-Girons plage… dans mes Landes natales… Le plaisir est là… je ne lis pas trop vite pour qu’il dure très longtemps… juqu’à la semaine prochaine au moins… Bon début de semaine les amis… sur la dune ou le macadam…