Archives de catégorie : christodisco…

ma discothèque revisitée… pour vous

alexandre tharaud dans un salon avec erik satie…

… l’automne est bien là, un thé, une madeleine et un must à la lenteur sidérante et au temps suspendu, l’œuvre parfaite du grand Erik Satie jouée ici et mis en scène par le « poète du piano » le bien nommé Alexandre Tharaud.

Pourtant en la critique de cet opus fut sévère et cruelle en 1897 :

« La Société Nationale nous a conviés à son 259ème concert, orchestre sous la direction du caustique Doret, concert qui, pour être d’une gaieté moins folle que le Pompier de service, ne m’en a pas moins intéressée… Quant aux « Gymnopédies », conçues parune andouille mystique, Debussy les a délicatement orchestrées, rendant fort admissible, du moins pendant les cinq minutes qu’elle dure, cette machinette dont le léger maboulisme centre-gauche ne rappelle guère la musique de scène composée par le même Erik Satie, ignare en ébullition, pour le péladanesque « Fils des Etoiles » ; _j’ai pu voir le monstre lui-même, fâcheuse tête de potard obséquieux._ » Henry Gauthier-Villars dit Willy, l’Echo de Paris, 23 février 1897

Pourtant qui se rappelle du grincheux Henry Gauthier-Vilars… personne et cela n’est pas grave car l’œuvre de Satie est intemporelle et traverse le temps comme un rayon éblouissant de lumière…

le beau Clou…

Ma petite écoute du samedi et voilà toute chaude ma chronique spontanée du premier opus de Clou, un bel orage en perspective :

CD – Orages, Clou, Tôt ou Tard

Après avoir baroudé de radio crochet au tremplin de jeunes artistes sur France Inter, voici Anne-Claire alias Clou qui enchante notre automne. Un doux parfum de variété chic lorgnant vers une pop légère. Entre Madonna et Zazie, Clou sort sa boite à outils et dévoile un univers sensible, actuel et lumineux portée par une voix cristalline. Après un hommage à Yves Simon, son premier album Orages oscille entre calme et tonnerre. Il parle de nos travers, du miroir morbide des selfies (Narcisse), des jeunes filles trop maquillées et mal dans leur peau (Jalouse)… du Rouge et de la passion… Doux et cruels, les orages de Clou sont de petites tempêtes dans nos têtes. Une pop pour sortir de notre torpeur. Le tout est produit par le multi-instrumentiste  Dan Lévy (moitié du duo The Do) et sort sur l’excellent label Tôt ou Tard grand défendeur de la chanson française indépendante. Un bel objet aux sonorités élégantes, aux mots sensibles et ciselés comme un diamant brut.

Clou c’est en vidéo ici…

ludo pin chante le monde…

… à l’heure du déconfinement pas si loin, l’ami Ludo Pin nous chante dans sa cave québecoise aménagée en home studio, une chanson belle et prémonitoire.

« C’est pas la fin du monde » (extrait de son dernier disque sorti en avril 2020) et c’est tant mieux, car il nous faut encore du temps devant nous pour découvrir et savourer les belles chansons francophones tant aimées ici…

A suivre…

concert ensemble pour public chez soi…

… pour la première fois depuis le confinement les musiciens de la Philharmonie jouent ensemble avec la bonne distance mais sans public. Ils doivent être heureux et cela se comprend même s’il manque un truc… le fameux public et ses raclements de gorge.

Savourons donc cela depuis nos salons et nos écrans, la sensation ne sera pas la même que dans une vraie salle de concert, mais le bonheur, en direct d’écouter et regarder les musiciens jouer, devrait être là pour un moment unique.

Au menu du concert de ce soir Richard Strauss et Richard Wagner..

journal d’un confiné #51

j51, tristesse du jour, confinement, bordeaux

… J51, même pendant le confinement la vie continue, les disparitions liées au virus sont très nombreuses, le plus souvent anonymes pour moi et heureusement. Pour autant, parfois des nouvelles annoncent l’envol permanent d’une figure marquante de votre univers.

Kraftwerk fait parti des groupes qui ont bercé ma jeunesse avec le fameux et incontournable The Man-Machine de 1978. Un disque qui préfigura le son à venir et influença de nombreux groupes new-wave dont Depeche Mode.

Son co-fondateur (avec Rulf Hutter) Florian Schneider a disparu le 21 avril 2020. Je repars donc à la découverte du son du futur made in années 80.

A demain…

boris vian, 100 ans et pas une ride…

… aujourd’hui le grand Boris Vian (1920-59) aurait 100 ans et pourtant son univers et sont art semblent intemporels voire si avant gardistes. A l’heure des commémorations et de la sortie du meilleur de son œuvre, voici l’indémodable « La complainte du progrès », chanson datant de 1956.

Quelques plages interdites sur France Musique

et La complainte du progrès en cinémascope…

akiko yano et la neige…

… et si pour sortir des sentiers battus vous écoutiez l’univers d’Akiko Yano, chanteuse pop japonaise, une sorte de Kate Bush au pays du soleil levant. Dépaysant, beau et léger, la pop de là-bas fait du bien à nos oreilles d’éléphants occidentaux.

Et encore plus osé, offrez un disque de cette chanteuse comme un beau cadeau insolite pour un Noël surprenant.

et cadeau du cadeau : en piano duo avec Ryuichi Sakamoto…

le saint katerine…

… il est évident et sans grande surprise que le nouveau et sidérant album de Philippe Katerine est une météorite fulgurante et détonante. Confessions est une sorte de cadavre exquis qui ose tout. Les trouvailles sont partout, la poésie décalée, le non sens partout et les mélodies parfaites. Les messages sont ludiques et poétiques, engagés et dérangés. Les invités haut de gamme servent le propos et l’insolence de troubadour Katerine. Le sens de l’essentiel, l’album (mon album) de l’année…

Confessions intimes ici…