Archives de catégorie : ceci n’est pas soldé

au dessus des soldes il y a le beau…

ma vie avec james dean…

… par hasard j’ai découvert et vu en ce début de semaine un film très singulier, décalé et à l’humour étrange. Ma vie avec James Dean de Dominique Choisy devrait ravir les amateurs d’un cinéma qui ne se prend pas la tête mais vous fait un bien fou à la vôtre. Tourné sans aucun moyen, avec des acteurs inconnus (jusqu’alors) sauf l’adorée et trop discrète Nathalie Richard (tant aimé dans les films de Rivette). Donc si vous aimez la belle aventure courrez voir ce très beau film.

La petite histoire :

Le jeune réalisateur Géraud Champreux est invité par l’association « Les Écrans de la Côte » à présenter au cinéma du Tréport son premier long métrage, Ma Vie avec James Dean. À son arrivée dans cette improbable ville du bout de la terre, il est loin d’imaginer que sa vie est sur le point d’être…

ici la bande annonce de Ma vie avec James Dean…

journée mondiale du jazz..

Très bonne nouvelle, le jazz sera à l’honneur ce jeudi et fêté dans tous les arrondissements de la capitale.
Après Istanbul et Osaka, L’UNESCO a désigné Paris comme ville d’accueil de cette journée internationale du jazz. C’est avant tout pour son passé vibrant et innovant autour de sa scène jazz ainsi que pour la richesse de son histoire que la Ville Lumière a été sélectionnée.

Suivez-en direct, ci-dessus, les concerts du jour en direct de Melbourne. Cela va swinguer dans les chaumières…

mes sentiments…

… nous en parlions récemment avec la Petite Souris, voici Les sentiments (2003) de Noémie Lvovsky, un film qui nous a grandement séduit et qu’il nous faudra revoir très vite. En attendant ce temps suspendu, regardons avec délectation la bande annonce si réjouissante et ses acteurs si généreux.

La petite histoire :

« Deux couples, Carole et Jacques, Edith et François, sont voisins. Jacques est médecin et François doit lui succéder au cabinet, les deux hommes passent donc du temps ensemble. Les deux épouses quant à elles se lient d’amitié. Mais cette amitié collective pourrait tourner court lorsque Jacques tombe amoureux d’Edith ».

 

les bons gars…

 

… hier petite séance du mardi avec un très agréable et décalé film, The good guys, genre polar années 70 qui ne se prends pas au sérieux et distille un humour noir à souhait. Avec les charmants Russell Crowe et Ryan Gosling… un bon moment que je vous recommande vivement.

La petite histoire :

« Los Angeles. Années 70. Deux détectives privés enquêtent sur le prétendu suicide d’une starlette. Malgré des méthodes pour le moins « originales », leurs investigations vont mettre à jour une conspiration impliquant des personnalités »

mister jean rochefort…

JR

… bon et bien les plus élégants s’en vont aussi un jour. Bon voyage cher Mister Jean Rochefort à l’élégance si parfaite. Que de films drôles, touchants ou singuliers et votre voix si envoutante.

Savourons là encore et toujours dans vos beaux entretiens à voix nue en rediffusion cette semaine sur France Culture et c’est ici…

A voix nue, Jean Rochefort…

Une filmographie…

mes années folles…

 

… quel beau mois de septembre, après l’émission A voix nue d’André Techiné, voici que sort ce mercredi son dernier film, Nos années folles. Une histoire folle en pleine seconde guerre mondiale, entre émotion, transgression et passion folle. Tout pour me plaire et l’art magistral d’un cinéaste adorée ici.

Vite il me faut courir voir ce film déjà tant aimé…

La petite histoire :

Pendant la Première guerre mondiale, un soldat français déserte et, pour éviter d’être repris et renvoyé au front, se fait passer pour une femme avec l’aide de son épouse. Une histoire vraie de Paul Grappe et de son épouse Louise Landy.

collection été 17…

été 17

… bon voilà le beau soleil de juillet 17 n’est pas encore vraiment là, je ne suis pas encore en vacances (mais cela approche) et pourtant je sens l’été frémir dans mon assiette avec depuis quelques semaines mes paniers été 17, collection de légumes (bio) du soleil aux saveurs chaudes. En avant, salades de tomates juteuses, concombres verts, salades tendres, haricots verts croquants et aubergines moelleuses. Vive mon été 17…

dansons le toddle avec un verre d’americano…

 

… je lis un beau livre américain dont l’histoire se passe entre autre dans les années 20, et soudain le père du jeune héros danse le Toddle. Cela semble une variante du Chaleston, je ne trouve aucune information précise ni vidéos sur le sujet. Donc j’imagine le tout, je sais seulement que les deux danseurs à un moment font semblant de s’embrasser et que cela faisait scandale à l’époque !

C’est l’été, vite dansons le Toddle en sirotant un Americano bien frappé…

i am not a serial killer…

 

… c’est mercredi et l’heure de la séance de rattrapage avec l’attachant, singulier et inquiétant film de Billy O’Brien, « I am not a serial killer ». Atmosphère étrange, lente et pesante avec une fin surprenante. Petit film d’auteur à découvrir pour savourer l’Amérique comme on l’aime.

La petite histoire :

L’adolescent John Cleaver sait très bien qu’il ne devrait pas écouter ses instincts. Obsédé par les monstres et les tueurs en série, il sent au plus profond de son être qu’il pourrait succomber à ses pensées meurtrières du jour au lendemain. Assister sa mère April lors d’autopsies au salon funéraire familial semble le garder calme pour l’instant, tout comme son amitié avec son voisin âgé, M. Crowley. Cependant, lorsqu’une série de meurtres violents secoue la petite ville où John habite, ses pulsions se ravivent. Un vrai monstre a débarqué dans les environs, et bien que la poursuite de celui-ci puisse être sa fin, John n’a pas d’autre choix. Après tout, qui de mieux placé pour comprendre un tueur en série qu’un adolescent secrètement sociopathe ?