Archives de catégorie : un faitout

une recette christorama chaque semaine ou presque…

vin de fer…

… nouvelle rubrique ici, la découverte de bons breuvages, aux saveurs surprenantes.

Voici donc le vin Fer de soif dégusté la semaine dernière lors de notre première sortie conviviale poste confinement le 2 juin 20 à la Conserverie de Bordeaux.

Un drôle et succulent vin, ample et dense, tannique et frais, au bon goût de terroir authentique. Et encore plus étrange, un vin issu d’un cépage inconnue de ma personne : Mansois ou Fer Servadou. Un peu d’histoire :

Fer Servadou – Mansois – Braucol

Le Fer ou Fer Servadou est le nom générique de ce cépage. Cependant, c’est un des cépages qui possède le plus de synonymes ayant chacun une explication linguistique. Nous y ferons référence dans le paragraphe suivant. Fer est la traduction en langue française de « Hèr » en occitan, dérivant lui-même de « Ferus » en latin, ce qui signifie « Sauvage ». Servadou se rapporte à la lange d’Oc : Servador = qui se conserve bien. Nous pouvons l’appliquer à la fois aux baies de ce cépage de troisième époque qu’aux vins produits.

A découvrir, à déguster, à aimer (avec modération) mais passion.

journal d’un confiné #2

… J2, j’ai des radis dans mon panier de légumes hebdomadaire et soudain (même si je l’ai déjà fait en temps normal) je me suis dit soyons vigilant et ne jetons rien, réflexe responsable ou de crise allez savoir !

Donc j’ai préparé une bonne soupe aux fanes de radis, cela fait peut-être fin du monde mais cela reste succulent.

La recette est simple, des fanes de radis, deux petites pommes de terre, de l’oignon (mais je n’en avais pas), de l’eau avec un bouillon de légumes ou le fameux Kub, sel, poivre… 20 min et hop à mixer et le velouté est prêt à être dégusté avec quelques gaines de lin pour le côté contraste.

A demain…

roland barthes et mister burger…

roland b

… il revient et son analyse est dé-coiffante ou quand le grand sémiologue Roland Barthes sévit, le burger sans défense n’a plus alors qu’à bien se tenir :

« Roland Barthes soupire en lâchant une bouffée : « Qu’est-ce qu’un burger ? Un objet passé de Hambourg à New York, au temps où les ancêtres d’Angela Merkel criaient famine. Les Américains l’habillent en jaune, vert, rouge, le diffusent en Europe en prononçant le mantra « Mondialisation » . Peut-on le comparer au jambon-beurre qui est le produit nomade par excellence, qu’on met dans son sac, qu’on peut manger debout dans la rue en marchant ? Car le burger nécessite au minimum les deux mains libres. Faire mine de découvrir les miracles du « service à table », c’est cocasse : même emballé pour être emporté, le burger se mange assis, contrairement au jambon beurre très nomade »

C’est presque vrai, c’est toujours juste et c’est dans le grand bazar de l’alimentation.

Retrouvez la rencontre imaginée de Roland Barthes, ici dans l’Alimentation générale…

le taylorisme à l’épreuve de la crêpe…

blog christo

… étrange machine que l’on commence à trouver dans les supermarchés ou autres boites à manger. Mister CuiCui ne perd pas le nord en grand amateur de la crêpe sous toutes ses formes. Il a découvert sur le bassin d’Arcachon un objet intrigant, la GyroCrêpes ou la fameuse machine infernale à fabriquer des crêpes. Il ne reste plus qu’à savourer cela et donner notre avis sur le produit fini qui sort de cette chaîne de production.

A suivre, à déguster, à apprécier, à commenter au plus vite, quelle texture pour quelles saveurs gustatives… versus les crêpes de nos mamies…

la GryroCrêpes ici…

le temps d’un jock…

blog jock

… un dimanche d’automne et soudain une envie d’une bonne crème Jock. Célèbre maison bordelaise fondée en 1938 par  Raymond Boulesque qui imagine un produit innovant à base de céréales, il créé la fameuse crème JOCK saveur vanille. La crème JOCK est d’abord mise en poche à la main, puis mise en étui.

Et moi j’aime beaucoup cette crème, onctueuse et gonflée au céréales… un dimanche parfait

Une petite histoire de la crème Jock…

 

muffins courge butternut, noisettes et parmesan…

blog

… hier une petite réunion culturelle chez la Petite souris et la dégustation de succulents muffins salés réalisés par la maîtresse de maison. Belle texture, très bon goût et un brin d’originalité pour ses Muffins salés courge butternut, noisettes et parmesan.

Bravo Petite souris ! Voici la recette trouvée sur un blog inspiré :

Ingrédients (pour 7 à 8 muffins)
– 200 g de courge butternut, cuite à la vapeur et réduite en purée

– 100 g de fromage blanc (ou yaourt, ou tout autre fromage frais)

– 80 g de farine

– 1/2 sachet de levure chimique

– 1 cuillère à soupe d’huile d’olive

– 20 à 40 g de parmesan, soit déjà râpé soit coupé en tous petits morceaux

– 50 g de lait

– 5 à 6 noisettes entières

– sel, poivre, noix de muscade

Préchauffer le four à 180° (j’oublie tout le temps de le mettre au début des recettes, mais il faut préchauffer!).

Mélanger les ingrédients dans l’ordre ci-dessus jusqu’au lait, que vous ajouterez progressivement afin de détendre la pâte obtenue. Assaisonnez et rajouter les noisettes grossièrement concassées. Verser la pâte dans des moules à muffins préalablement graissés à l’huile d’olive et faire cuire environ 25 minutes dans le four à 180°.

La recette sur le blog des Marmitons de Tournefeuille…

sardines collection printemps-été 2016…

image christo

… c’est renversant (et oui encore et encore :)) voici le temps de la collection printemps-été 2016 de mes sardines adorées. Lors d’un déplacement professionnel en Bretagne la semaine dernière je n’ai pu résister au plaisir d’acheter quelques extraits de la collection printemps été 2016 : sardines grillées, au piment d’Espelette, nature, au citron et au thym, au basilic…

Humm je me régale déjà mais il va vite falloir que je me réapprovisionne car il s’agit de pièces éphémères !

Collection Connétable…

Collection Parmentier…