Archives de catégorie : les oreilles d’éléphants

des sons pour des oreilles sensibles…

ludo pin chante le monde…

… à l’heure du déconfinement pas si loin, l’ami Ludo Pin nous chante dans sa cave québecoise aménagée en home studio, une chanson belle et prémonitoire.

« C’est pas la fin du monde » (extrait de son dernier disque sorti en avril 2020) et c’est tant mieux, car il nous faut encore du temps devant nous pour découvrir et savourer les belles chansons francophones tant aimées ici…

A suivre…

concert ensemble pour public chez soi…

… pour la première fois depuis le confinement les musiciens de la Philharmonie jouent ensemble avec la bonne distance mais sans public. Ils doivent être heureux et cela se comprend même s’il manque un truc… le fameux public et ses raclements de gorge.

Savourons donc cela depuis nos salons et nos écrans, la sensation ne sera pas la même que dans une vraie salle de concert, mais le bonheur, en direct d’écouter et regarder les musiciens jouer, devrait être là pour un moment unique.

Au menu du concert de ce soir Richard Strauss et Richard Wagner..

4 jours après…

4 jours après, Glenn Gould et Bach au Cours Balguerie Stuttenberg

… 4 jours après, le temps du post confinement est parmi nous. Début de semaine morose avec un temps qui joue l’hiver en prolongation.

Encore cette semaine à la maison en télétravail je savoure le confort de mon bureau et ma discothèque revisitée. Je suis actuellement sous l’influence du singulier pianiste Glenn Gould et de son interprétation de la Suite Anglaise n° 1 en la, BWV 806 de JS Bach et autres pépites (So You Want to Write a Fugue de Gould ; Wagner ; Schönberg) sur ce vinyle édité en 1974.

Partager ma joie du moment ici : https://www.dailymotion.com/video/x6clmu

concernant le 3ème quizz de la période de confinement J45 du 5 mai 2020, il fallait trouver « Kind of blue » (1959) le plus beau album de Miles Davis. Parmi les nombreuses bonnes réponses, après tirage au sort sous le contrôle de Maître Cuicui, la gagnante est Ludivine la Cubzacaise, bravo à elle.

Les gagnants recevront un petit cadeau made in Christo, d’ici la fin mai / début juin.

A suivre…

journal d’un confiné #51

j51, tristesse du jour, confinement, bordeaux

… J51, même pendant le confinement la vie continue, les disparitions liées au virus sont très nombreuses, le plus souvent anonymes pour moi et heureusement. Pour autant, parfois des nouvelles annoncent l’envol permanent d’une figure marquante de votre univers.

Kraftwerk fait parti des groupes qui ont bercé ma jeunesse avec le fameux et incontournable The Man-Machine de 1978. Un disque qui préfigura le son à venir et influença de nombreux groupes new-wave dont Depeche Mode.

Son co-fondateur (avec Rulf Hutter) Florian Schneider a disparu le 21 avril 2020. Je repars donc à la découverte du son du futur made in années 80.

A demain…

journal d’un confiné #26

… J26, aujourd’hui était prévu avec l’Association Bordeaux Chanson un Concert Chez Soi (CCS) avec David Lafore, notre ami chanteur à l’univers poétique et décalé. Le concert aurait été comme toujours sublime et plein d’émotion, en rythme et en surprise… il n’aura presque pas lieu.

Mais voici, 16h33 et le temps de la magie de la technologie et de la toile, donc en exclusivité mondiale, une mini chanson chez soi en mode confinement pour une mini moment en apesanteur et en douce folie poétique.

Merci à David Lafore pour ce beau cadeau de Pâques et à très vite pour un vrai concert poste confinement.

En attendant, à savourer sans modération son nouvel album le si beau et bien nommé « Incompréhensible »

A demain…

boris vian, 100 ans et pas une ride…

… aujourd’hui le grand Boris Vian (1920-59) aurait 100 ans et pourtant son univers et sont art semblent intemporels voire si avant gardistes. A l’heure des commémorations et de la sortie du meilleur de son œuvre, voici l’indémodable « La complainte du progrès », chanson datant de 1956.

Quelques plages interdites sur France Musique

et La complainte du progrès en cinémascope…

akiko yano et la neige…

… et si pour sortir des sentiers battus vous écoutiez l’univers d’Akiko Yano, chanteuse pop japonaise, une sorte de Kate Bush au pays du soleil levant. Dépaysant, beau et léger, la pop de là-bas fait du bien à nos oreilles d’éléphants occidentaux.

Et encore plus osé, offrez un disque de cette chanteuse comme un beau cadeau insolite pour un Noël surprenant.

et cadeau du cadeau : en piano duo avec Ryuichi Sakamoto…

le saint katerine…

… il est évident et sans grande surprise que le nouveau et sidérant album de Philippe Katerine est une météorite fulgurante et détonante. Confessions est une sorte de cadavre exquis qui ose tout. Les trouvailles sont partout, la poésie décalée, le non sens partout et les mélodies parfaites. Les messages sont ludiques et poétiques, engagés et dérangés. Les invités haut de gamme servent le propos et l’insolence de troubadour Katerine. Le sens de l’essentiel, l’album (mon album) de l’année…

Confessions intimes ici…

le mur du son…

le mur de Belin en 1961

… déjà 30 ans, c’est hallucinant comme je n’ai rien vu passer. Pour rattraper le temps et ne rien oublier j’écoute toutes les émissions radios sur la chute du Mur de Berlin et sur France Musique je suis gâté ainsi que sur Arte TV qui diffuse le concert historique de ce jour-là.

Trois jours après la chute du Mur, le 12 novembre 1989, l’Orchestre philharmonique de Berlin organisait un concert pour les citoyens de RDA. Un immense moment d’émotion et de communion dans la musique.

L’événement reste dans les mémoires des mélomanes berlinois. Le 12 novembre 1989, trois jours après la chute du Mur, l’Orchestre philharmonique de Berlin donne un concert réservé aux citoyens de RDA, dont les papiers d’identité tiennent lieu de ticket d’entrée. Le public afflue pour assister à ce concert exceptionnel, retransmis en direct à la télévision, où Daniel Barenboim dirige deux œuvres phares de Beethoven. Retour sur un moment d’une force extraordinaire, tant pour les musiciens que pour les spectateurs, nombreux à verser des larmes de joie au son de la Symphonie n° 7.

Le concert du 12 novembre 1989 à Berlin…