l’été 21…

@petite souris, un jardin au Haillan (33)

... et l’été 21 est enfin là, il sera sans doute très vert dans la mesure où nous sommes passés à l’ère équatoriale qui conduit à changer radicalement de climat en l’espace d’une journée. De la canicule aux pluies torrentielles… de quoi ravir végétaux et limaces. Mais cela sera donc un temps propice pour savourer livres et musique. Ma petite sélection estivale de juillet approche…

maitre capela : démerdentiellement…

Voici la chronique du jour de l’adorée Maître Capela :

« Parce que la période reste relativement morose, jetons nos regards sur
la capacité de nos contemporains à trouver dans l’humour une façon
réjouissante de résister, comme atteste cette photo.

Ainsi, les mots-valises (appelés techniquement amalgames lexicaux) et
autres petites formules choc (que les anglo-dépendants appelleront
punchlines) fleurissent elles sur les réseaux (plus commerciaux que
sociaux, mais là n’est pas le débat) et dans les manifestations pour la
plus grande joie des amoureux.ses de la langue dont je suis.

Je vous livre une création que j’affectionne tout particulièrement : à
l’heure du « présentiel » et du « distanciel », certains ont eu la bonne idée de créer le mot « démerdentiel », apocope simple (comme « avionique » avion + électronique) formé des mots « démerder » et « distanciel », ce dernier étant un néologisme sur le modèle de présentiel, directement
importé de l’anglais « presential », on y revient !

Dermerdentiel illustre très bien, me semble-t-il, l’exercice de nos
métiers en ce moment ».

Le courage de samuel R…

… mon ami Samuel Rozenbaum est un touche à tout, régisseur, graphiste, web designer et plus récemment auteur, chanteur et interprète. Fin 2020 est sorti toute une myriade d’objets autour d’un projet « Ma bande son » et son premier recueil sous influence autofiction et quête identitaire entre enfance, adolescence et monde adulte. C’est difficile de donner un avis objectif sur le travail artistique d’un ami mais pour autant, en toute sincérité, j’ai savouré ce recueil avec gourmandise, l’écriture est belle, sèche et l’art de la formule au coin des chapitres.

Le premier paragraphe comme ainsi :

« Tout, je me rappelle de tout, sauf de cet instant. Je revois la lumière qui traverse le simple vitrage, ce rayon de soleil qui caresse le parquet de chambre. Je sais la position de chaque objet sur mon bureau d’enfant. Je sais la housse de couette qui protège la couette qui protège le lit sur lequel je suis assis. J’ai souvenance sur le bout des doigts des minutes qui précédent l’annonce, mais ce fragment là, je ne l’ai pas. Me voilà face au trou noir le plus imposant de cette galaxie. Béant, considérable, substantiel. Mon grand-père n’est plus et dans quatre semaines, jour pour jour, j’aurai six ans. Henri est mort, mon histoire commence dans cette antimatière. »

Le courage, Samuel Rozenbaum, Utuh, 2020

premières pages

Piqûre de rappel par Mâitre Capela

C’est le retour de Maître Capela, qui va régulièrement ramener sa fraise et son amour des bons mots et de notre belle langue française. Elle revient avec une mini nouvelle à la pertinence si actuelle :

Me voici, une toute petite chronique alors : 

Entendu ce jour au Jeu des mille euros, un mini quiz rigolo ! 

Quel est le seul mot français dans lequel les lettres « qu » ne sont pas suivies d’une voyelle mais d’une consonne ? 

C’est le mot piqûre ! 

Question essentielle en ces temps où les vaccins suscitent tant de prises de parole inutiles ! 😉

paola paROneTTo, papiers vases…

Le monde est dur, le monde est violent, le monde est froid, le monde est moche… et voilà soudain que les céramiques de Paola Paronetto nous disent le contraire et nous invitent à la magie d’une rêverie flottante.

Ambiance, tripode, grattes ciel, des boites, des vases, des luminaires légers presque fragiles associant argile et fibre de papier. Un mariage parfait pou une texture haut de gamme.

https://www.paola-paronetto.com/bio

la pop du soleil n’a pas d’âge…

Le 17 janvier nous célébrions l’anniversaire du chanteur pop du soleil levant le fameux et incontournable Ryuichi Sakamoto à l’éternelle jeunesse.

Né en janvier 1952 il est l’inventeur d’une pop nippone qui s’ouvrit à l’occident avec le groupe préfigurateur d’une électropop lumineuse avec Yellow Magic Orchestra (YMO) suivi d’une riche et singulière carrière en solo. 50 albums plus tard entre 1098 et 2017, joyeux anniversaire cher Mister Sakamoto et nous attendons avec impatience votre nouvel opus en cette année qui nécessitera tous les baumes utiles…

Plus loin c’est ici :

http://www.sitesakamoto.com/

Culture et design