journal d’un confiné #16

j16, la vie confiné, cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J16, je suis passé en mode mi-temps environ, le matin je travaille (un peu), quelques webinaires pour se tenir en forme, des courriels pour maintenir le lien, des dossiers à finir mais version ralentie de fait car personne n’est là ou ne me répond ! L’après-midi, temps personnel à géométrie variable. Cela va de la sieste, à la lecture de revues, de livre et l’écoute de musique, des courriels personnels et associatifs (vive Bordeaux Chanson et son énergie et L’Amap Le Panier Moderne de Bacalan et ses beaux légumes toujours frais et militants), du bricolage (la liste est longue)…

J’avoue savourer quelque peu d’avoir le temps, en semaine, de lire et de finir des livres en attente. Par exemple, en début d’après-midi je viens de terminer le petit et très beau livre (offert à Noël par une amie qui me veut du bien : Miss Bigoudi) « La vie du bon côté » du japonais Hada Keisuké. La vie inter-générationnelle dans le Japon moderne entre un grand-père qui veut mourir et son petit fils qui ne sait pas trop quoi faire de sa vie du haut de ses 28 ans. Une belle leçon de vie à l’heure du confinement, cela donne du baume au coeur pour avancer.

La vie du bon côté…

Il faut que je commence ce soir un nouveau roman, je suis par avance en joie.

A demain…

journal d’un confiné #15

j15, cours balguerie stuttenberg solidaire, bordeaux

… J15, cela fait 3 jours que je ne suis pas sorti de la maison et cela me démange un peu. 18h30, un courrier à poster tiens une raison valable, mon attestation provisoire de sortie en poche, je quitte mon chez moi pour une expédition urbaine risquée. Mais surprise, personne dans le grand et habituellement si passant Cours Balguerie Stuttenberg, pas mieux cours Edouard Vaillant, et c’est encore plus calme dans les petites rues adjacentes. Drôle de sensation, une impression que la ville est vide et vous appartient soudain.

J’ai donc pris les rues de traverses au hasard de mes envies pour savourer ce moment de rêverie solitaire et laisser ma pensée flottante et mon observation fugitive, entre architecture ingrate ou harmonieuse, herbes folles ou plantations domptées, détritus déposés par ici et par là (confinement et nature humaine, parfois rien ne change) et le silence des oiseaux.

Je suis rentré chez moi, un bref bonjour à une voisine inconnue qui prenait l’apéritif avec sa voisine dans l’immeuble d’en face, le tout sur un balcon décoré du message de prévention à rappeler sans fin : Restez chez vous... D’accord, je rentre vite chez moi maintenant.

A demain…

journal d’un confiné #14

j14, confinement musical, bordeaux, cours balguerie stuttenberg…

… J14, la semaine 3 mode confinement débute, on met le réveil toujours tôt pour se bouger et faire comme avant, petit déjeuner et une douche pour se motiver toujours plus. Quelques dossiers à traiter de loin, une web-réunion d’équipe, voir les intérieurs de son gérant, de sa collègue, de son assistance, des bouts d’intérieurs devinés, des livres au loin, une tenture orientale, une peinture amateur de bord de plage… ne pas trop en savoir pour respecter la bonne distance version confinement ou professionnelle.

Savourer son bureau, sa chaleur, ses œuvres d’arts d’amis (tiens il me faudra vous les montrer quelque peu…), écouter des vinyles et lire le commentaire ici d’une amie qui me précise le plaisir de revenir visiter cet humble blog et que les quizz du jeudi et d’une certaine époque devraient revenir en cette drôle d’époque…

Je suis donc son petit conseil et voici en ce J14, le quizz de la semaine, un bout d’une pochette d’un vinyle qui j’ai mis en boucle cet après-midi, mais de quel disque s’agit-il ?

Bonne chance

A demain…

journal d’un confiné #13

j13, c’est dimanche et c’est confinement, balguerie stuttenberg, bordeaux

… J13, c’est dimanche en mode confinement, on essaye de se lever un peu plus tard mais cela devient difficile, il est 8h30 bizarre. On prends son temps, on lit, on visite les plantations du patio et l’idée du grand ménage (apparue il y a quelques jours) est là. Mister CuiCui adore les listes des activités à faire. Rangement donc du grand placard de notre palier, vaisselle, apéritifs, ustensiles de cuisine, livres culinaires et autres bonheurs nostalgiques issus de nos patrimoines familiaux.

J’en profite aussi pour ranger l’enfilade du salon et ses dvd et cd un peu oubliés. Ceci me permet de sélectionner divers films non visionnés ou à revoir, et des cd à remettre en tête de gondole pour une écoute très prochaine (mais nous en reparlerons ici).

Une amie nous a parlé d’une jeune ostréicultrice d’Oloron qui ne peut plus vendre ses huitres en extérieur sur Bordeaux et que si l’on est plusieurs nous les livrear à la maison ce dimanche. Nous avions évidemment validé cela pour un apéro huitres avec un bon pineau des Charentes… Un dimanche, bien rempli…

A demain…

journal d’un confiné #12

j12, vue d’un confinement urbain, bordeaux, cours balguerie stuttenberg

… J12, un samedi si beau même si quelque peu frais, le soleil est là, il rend d’un beau vert les jardinières volontairement fouillis que Mister CuiCui et moi même adorons inventer, enrichir chaque année.

Comme Isidore Krapo et ses confitures d’art, j’ai l’impression d’avoir sous les yeux mes propres confitures d’herbes printanières. En regardant tout cela j’ai eu soudain l’impression passagère de ne plus être en confinement… illusion, illusion

A demain

journal d’un confiné #11

j11, des dattes pour un confinement, bordeaux, cours balguerie stuttenberg

… J11, aujourd’hui encore un petit dossier en cours, mais cela va ce n’est pas trop intense et déjà le weekend qui approche. Confinement ou pas il faut se donner des repères après deux jours sans sortir, une petite balade et des courses de survie. Toujours pas d’oeufs ni de levure dans ma petite épicerie de quartier, zut alors je ne vais pas pouvoir tester ma nouvelle recette de scones, je rage !

A notre manière nous sommes quelque peu solidaires, nous imprimons depuis cette semaine les devoirs des enfants de notre femme de ménage qui n’a pas d’imprimante. C’est un peu du travail car elle nous adresse des copies d’écran via son ordiphone et nous devons (surtout Mister CuiCui) recadrer le tout pour une impression parfaite.

Et hop, comme cadeau nous avons reçu ce jour un paquet d’un kilo de dattes en provenance d’Algérie. Les échanges nouvelles générations sont entrain de (re)naître… En attendant nous allons nous régaler chaque matin de bonnes dattes, produit idéal en cette période.

A demain…

journal d’un confiné #10

j10, lecture décorative et de confinement, cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J10, j’ai bien travaillé aujourd’hui dans mon bureau et j’ai donc terminé un rapport dense et laborieux. Cela me soulage et j’ai la tête un peu plus libre en cette fin d’après-midi.

Je feuillette donc quelques (vieilles) revues de décoration qui trainaient par là. Je tombe sur un numéro du Journal de la maison si bien nommé : « Ambiance(s) : nos idées pour recevoir ». Etrange de lire cela au moment où je suis, nous sommes, ils sont… plus de 3 milliards d’êtres humains confinés dans le monde !

Disons que je vais donc commencer à réviser le sujet pour avoir toutes les bonnes astuces déco pour que mes prochaines réceptions, post-confinement, soient d’une perfection exemplaire. Les petits plats dans les grands, l’argenterie de sortie, l’ambiance lumineuse au cordeau, la déco éblouissante… pour une bière, pour un américano bien frappé, pour un bon champagne dans une coupe art déco. Je vais me surpasser vous verrez.

A demain…

journal d’un confiné #J9

j9, simple minds, rétrofutur, confinement cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J9, et cela continu, encore et encore, et heureusement toujours et toujours de vieux vinyles à redécouvrir en boucle. J’ai retrouvé au fond de la pile un vieux 33 tours des Simple Minds. Groupe mythique de mon adolescence, avec leur 3ème mais mon premier album, le fameux Empires and dance sorti l’été 1980 !

Un voyage dans le temps au pays d’une new-wave exigeante et froide avant le tournant de massification des sons et des concerts en stade.

Etrange sensation entre nostalgie et plaisir, émotion et joie, tension et espoir. En parcourant la discographie exhaustive de ce groupe je m’aperçois que certains titres sont plus qu’évocateur de notre mode in pandémie.

Regardons plus en détail cette petite sélection :

  • 1979 : Life in a day
  • 1980 : Empires and dance
  • 1982 : New gold dream
  • 1985 : One upon a time
  • 1991 : Real life
  • 1998 : Neapolis
  • 2002 : Cry
  • 2018 : Walk between worlds

… je vais donc écouter tout cela et dans le bon ordre pour découvrir l’évolution musicale du groupe et son approche de notre monde.

A demain…

journal d’un confiné #8

j8, un coin de bibliothèque cours balguerie stuttenberg, bordeaux

… J8, je passe beaucoup de temps dans mon bureau personnel en ces temps troubles et de confinement, je travaille un peu, écoute beaucoup de musique et regarde avec attention divers recoins de mon nouvel espace de vie intense. Je tombe sur des bouts de ma bibliothèque et redécouvre des images, des livres, des cartes postales, des objets…

Soudain, ce jour, mon regard se pose sur un coin où l’on retrouve mes grands mères et moi, une landaise disparue il y a peu en octobre 2018, Mamie Raymonde et une mamie littéraire tant adorée, Marguerite D… Elles se tiennent compagnie avec élégance et mots lettrés.

A demain…

journal d’un confiné #7

j7, sablés en mode confinement

… J7, aujourd’hui après un peu de télétravail, une sieste, de la lecture, un thé Li Jing… et l’aller-retour vers le frigidaire pour imaginer les futurs repas, j’ai soudain trouvé 2 jaunes d’oeuf, reste de l’excellente charlotte au chocolat confectionnée par Mister CuiCui ce dimanche J6.

Une idée, une lumière, il ne faut pas les perdre en ces temps troublés.

Voilà donc la petite recette des sablés pour sauver 2 jaunes d’oeuf de la fin

C’est simple et bon, et cela va accompagner le petit goûter du J8 à ne pas en douter.

A demain…

Culture et design